CR Stage Tendô – CTKyudo GS – Toulon mai 2019

Un compte-rendu de Thierry Castille

Ce sont 31 pratiquants qui se sont retrouvés au gymnase de la Marquisanne, les 4 et 5 mai derniers, pour suivre un stage organisé par le club Tendô de Toulon sous l’égide de la CTK Grand-Sud. Tomoko Shimomura sensei, Renshi 5ème dan, animait ces deux journées sous le thème « La posture vivante et Dozukuri ».

Vincent Dallaporta est venu expressément pour le protocole d’ouverture. Un moment particulièrement émouvant en raison de l’annonce de son départ en tant que Président du club Tendô tout en nous laissant augurer l’assurance d’une digne succession dans l’esprit de Tendô, un esprit créé par Sylvie Birrittieri sensei, Renshi 5ème dan, et cristallisé par Vincent Dallaporta et ses membres depuis 11 ans maintenant.

Ce stage a donc réuni de nombreux kyûdôjin venus de Montpellier, Cucuron, Sorgues, Aix, Hyères, La Garde et Toulon.

Yawatashi par T. SHIMOMURA sensei renshi godan

Yawatashi par Tomoko SHIMOMURA sensei renshi godan

La matinée d’ouverture a démarré par un yawatashi réalisé par Shimomura sensei, assistée par Christian Knobloch, 5ème dan, dai ichi kaizoe et Robert Plan, 4ème dan, dai ni kaizoe.

Tomoko Shimomura sensei nous a rappelé l’importance de l’apparence extérieure et a d’emblée vérifié la tenue de chacun en commentant par le détail, ce qui allait ou n’allait pas, toujours avec une grande délicatesse mais sans faire de concession.

Nous avons eu du temps durant ce stage pour recevoir un enseignement personnalisé mais aussi une très grande liberté pour pratiquer selon les desiderata ou la sensibilité de chacun.

J’aurai l’honneur et l’avantage, le dimanche suivant, de m’associer à Tomoko Shimomura sensei, Christian Knobloch et Robert Plan pour réaliser un mochi mato sharei dans sa version la plus longue. Une épreuve où j’ai pu me confronter à la souffrance d’un kiza qui s’éternise mais aussi de la partager en essayant de l’accepter, de la dominer, unifier le corps qui souffre et l’esprit qui le soutient. Le kyûdô nous révèle à nous même, avec nos faiblesses et le courage de les surmonter, quand c’est possible.

Yawatashi par T. SHIMOMURA sensei renshi godan

Tomoko Shimomura sensei nous a également rappelé les points importants qui concernent les différences entre les kyûdôjin pratiquant en rissha et ceux qui pratiquent en zasha mais qui peuvent et qui doivent rester unis dans un même tachi sans détruire l’harmonie du groupe. Nous aurons aussi de petits intermèdes, des « petites piqûres de rappel » concernant tenouchi, torikake, par exemple.

Pour varier les plaisirs nous avons aussi pratiqué sur le rythme plus rapide du taikai, une bonne répétition pour le prochain tournoi enteki du dimanche 12 mai organisé par le club de La Garde… du bonheur en perspective.

Enfin, des détails qui nous font aussi redécouvrir combien les japonais sont économes en gestes, combien ceux-ci sont épurés et empreints d’une magnifique sobriété lors d’un changement d’arc par exemple dans le cas d’un shitsu

Ce stage aura été très intense, très dense dans la pratique. Shimomura sensei très présente, active et attentive à nos demandes. La meilleure récompense pour nous aura été le sourire qu’elle nous a donné au moment de la clôture du stage en nous disant combien les participants avaient fourni tous les efforts pour mettre en pratique ses recommandations afin d’animer leur tir, leur posture.

Elle conclut donc sur cette proposition avec beaucoup de malice et de bons sens ! :

« Vous m’avez montré que vous êtes capables de bien faire. Simplement, la prochaine fois, faites le dès les premiers instants. »

Thierry Castille, pour Tendô.

 

Recent Posts
Contactez-nous

Vous pouvez nous laisser un message et nous vous répondrons au plus vite

Not readable? Change text. captcha txt