Taikai – Kyoto 2006

TAIKAI du 4 mai 2006

Kyoto, le 4 mai 2006, 8h30. Nous voici, toutes trois, présentes au grand Taikai annuel.
Heureuses, mais impressionnées par tout ce monde et surtout le peu d’étrangers participant à cette rencontre. Quelle lourde charge que de représenter notre pays !
Surtout lorsque l’on sait que nous étions invitées à tirer sur le shajô d’honneur en présence de la princesse « Takamadonomiaya hisako sama ».

Tout d’abord les inscriptions, trouver notre nom sur la longue liste des kyudojin et recevoir notre numéro.
Aller se changer… C’est ici que commence le challenge : femmes et hommes sont tous dans la même salle et dans le meilleur des cas, nous avons environ 30 cm2 par personne pour nous préparer. Pas même la taille d’une mato !
En France, nous n’avions pas pris conscience de l’ampleur des conseils prodigués par Laurence sensei et Charles-Louis sensei concernant les sous-vêtements. Porter un tee-shirt et un caleçon mi-long sous ses vêtements est indispensable. Imaginez-vous sans, au milieu de 600 Japonais observant nos comportements de gaijin.

Une fois prêtes, direction le « hikae » – sorte de tente où l’on patiente en seiza avant d’aller tirer et où l’on pose notre matériel. Là, il est encore temps d’effectuer une dernière vérification en sachant que les organisateurs jettent discrètement des coups d’œil sur celui-ci. Enfin, nous sommes appelées et placées avant d’aller patienter de nouveau, en seiza s’il vous plaît, près du shajô où nous remettons notre tsulumaki.

Quelques minutes avant d’aller tirer, nous avons reçu des consignes qui ne nous ont absolument pas perturbées… Premièrement, il ne nous est pas possible de prendre des repères ; deuxièmement, l’entrée et la sortie du shajô sont identiques ; troisièmement, le kamiza se trouve face à l’entrée et la sortie ; quatrièmement, dans ce cas là il nous faut rentrer du pied droit et donc saluer à gauche ; cinquièmement, pour la sortie il ne faut pas montrer notre postérieur au kamiza donc effectuer un demi-tour des plus distingués, en évitant ceux qui rentrent, puis saluer à droite et enfin sortir par le pied gauche.
Tout cela avec distinction, efficacité et fierté, n’oublions que nous étions en présence de la princesse « Takamadonomiaya hisako sama ».

10h30, le tir commence, toute cette préparation pour cinq minutes chrono de tir. Incroyable, tant d’émotions ! Mais ne dit-on pas « Une flèche, une vie ».

Ce fut une belle et grande journée qui restera gravée dans nos mémoires. Nous tenons à remercier tous nos sensei présents et tous ceux Français et Japonais qui nous ont soutenues, encouragées et accompagnées car ne pas oublier toutes ces recommandations fut un tour de force, en sachant que nous étions dans les premier et second sharei.

Nous étions fières de montrer ce que nous avions appris, surtout lorsque l’on reçoit les compliments de pratiquants Japonais.

Encore merci à toutes celles et ceux qui ont permis qu’elle se réalise.

Yumi, Sandrine et Muriel

Recommended Posts
Contactez-nous

Vous pouvez nous laisser un message et nous vous répondrons au plus vite

Not readable? Change text. captcha txt