STAGE MONTREUIL nov-dec 2019

Retours des participants au stage de Montreuil

30/11 – 01/12 2019

Tomoko SHIMOMURA Sensei Renshi 5ème dan

 

Thème : La posture vivante et le dôzukuri

Le Compte-rendu de ce stage, à la demande de T. SHIMOMURA sensei, est constitué des retours que souhaiteraient formuler les stagiaires sur leurs impressions, à l’issue du stage. 

 


Tout d’abord, merci infiniment d’avoir organisé ce stage avec Tomoko sensei, assistée par Vincent! La combinaison marchait super bien. J’ai beaucoup apprécié la rigueur alliée à la bienveillance de Tomoko sensei et nous avons eu beaucoup, beaucoup de corrections de la part de Tomoko sensei et de Vincent ! Ça c’est génial, car souvent on tire, on est conscient que c’est pas bon mais on ne sait dans quelle direction aller, on change un truc ici ou là mais on ne sait pas si c’est la bonne direction Ce fut très enrichissant pour moi. J’ai aimé le fait de faire des exercices pour travailler un point du tir, ou de faire les gestes dans flèches, à blanc en quelque sorte pour s’imprégner du mouvement juste et ensuite pouvoir l’inclure dans la succession du tir.

Voici quelques éléments retenus parmi d’autres bien sur…

  • j’ai pu entrevoir ce que recevoir l’arc veut dire, et faire la différence entre pousser de la main gauche que j’exagérais sans pour autant être efficace et recevoir, prendre conscience de ce grand X dans le dos lorsqu’on ouvre bien… je tiens là un fil grâce aux exercices, c’est un début bien sûr !!
  • mes coudes ont pu prendre vie grâce aux exercices pour un bon dôzukuri et une posture plus vivante dans son entier…
  • j’ai pu prendre conscience de la subtilité des mouvements que j’exagérais inutilement :la vague lors de l’élévation de l’arc …

 Mes chaleureux remerciements à l’équipe qui a permis ce stage, à Tomoko sensei et à Vincent pour leur précieux temps qu’ils nous ont offert si généreusement et  pour leurs enseignements!

Valérie GAUDIN 1er Dan –


Merci Tomoko SHIMOMURA sensei pour ces précieux enseignements de Montreuil.

J’ai beaucoup apprécié les enseignements annoncés dans la thématique du stage.

Nous sommes restés présent et attentifs à notre “Dôzukuri” même hors de la zone de tir.

La “posture vivante” m’a beaucoup parlé.

De pratiquer dans le sens que tout mouvement du corps ainsi que tout mouvement de l’arc ou des flèches part du dos m’a permis de trouver des sensations de plus grande fluidité, présence et d’alignement dans mes mouvements. Cela m’a permis d’approfondir mon rapport à l’arc et aux flèches en les envisageants plus grands, plus sacrés et en les soutenants avec tout mon corps.

L’ancrage travaillé en repoussant le mur à mains nues puis la sensation de X retrouvé lors du tir a été très forte pour moi. J’ai également beaucoup apprécié l’exercice de tir pieds joints. Cela m’a rappelé qu’un Ashibumi bien équilibré est essentiel.

Les petits ateliers à 3 et les conseils sur mesure étaient également très précieux tout comme les remarques sur le matériel et l’étiquette.

La présence de Vincent PAYEN sensei accompagnait parfaitement ce cheminement et je retiens particulièrement l’une de ces phrases qui résume parfaitement ces 2 jours :

” Une forme doit activer quelque chose pour le tir”.

Merci !

Caroline DUCREST 1er Dan – AKVM


De manière assez franche, quand je suis arrivée, j’ai été très surprise de découvrir que notre sensei sur le stage était la Japonaise qui m’avait fait les gros yeux à Noisiel lors des shinsa parce que je ne respectais pas l’étiquette ! Et j’ai justement beaucoup appris sur l’étiquette pendant ce stage, sur la façon de s’asseoir et de se mettre en seiza, et pourquoi c’était important. Sur ce point, le stage aura un gros impact sur ma pratique !

J’ai beaucoup apprécié aussi de pouvoir ressentir, avec son aide, les forces/poussées qui s’exercent dans le corps lorsque l’on est en kai (forces en X). Cela permet de mieux enraciner ses pieds sur le sol, en sentant quand on est déséquilibré et qu’on compense par le haut du corps.

Un très grand merci à Tomoko SHIMOMURA sensei !

Charlotte UHER 1er Dan – AKE

 

 


C’est toujours plaisir d’apprendre les étiquettes hors de Shajô et Dôjô car tout est lié au Sha finalement. Grace à l’enseignement de taihai, je peux tirer avec moins d’effort qu’avant.
Merci.
Dai OTOFUJI 1er Dan- AKEP

 


 

Premier stage avec Tomoko SHIMOMURA sensei.

Deux moments importants des exercices que l’on peut faire chez soi, au bureau, comme celui de repousser le mur (position en X) qui m’a permis de bien ancrer au sol « ma patte folle », ainsi qu’un exercice de marche sous les encouragements de Vincent PAYEN pour que je boite moins, un exercice que je travaille depuis quotidiennement.

L’exercice du tir pieds joints a été au début un peu source d’inquiétude car avec mon pieds blessé, l’équilibre est un peu instable, le talon ne touche pas le sol. Et pourtant le corps s’est redressé, la posture s’est affermie et je me suis installée dans le Kai sereinement. Cela m’a ouvert de nouvelles perspectives et donné une bonne dose de confiance supplémentaire.

Je remercie Tomoko SHIMOMURA sensei et Vincent PAYEN pour leurs encouragements, pour ce stage chaleureux et bienveillant. Et j’ai eu l’immense plaisir de montrer ce que j’avais appris à notre Sensei Bruno LENROUILLY samedi dernier dans notre Dojo.

Sandrine VIGNER 2ème Dan- AKEP

 


Ce stage m’a beaucoup appris. Des choses que je ne savais pas, mais aussi des choses que je pensais savoir, et surtout des choses que je savais mais que je ne faisais pas.
SHIMOMURA sensei, par son exigence, inspire non pas la peur de mal faire mais l’envie de donner son meilleur. Ce qui n’est pas forcément un état que l’on arrive à trouver dans un entraînement chaque semaine où les habitudes entre amis prennent des fois le dessus sur certains points de l’étiquette.  Cela a été une prise de conscience assez radicale, lié à cette idée qu’à l’entraînement on tire comme à l’examen et vice versa. Le tir du shinsa n’est que le résultat de chaque flèche tirée à son dojo. Ainsi les conditions psychologiques durant le stage étaient optimales pour sortir de sa zone de confort et être réceptif aux propositions de transformation d’habitude pour
évoluer et progresser.
Les exercices m’ont notamment fait sentir que j’avais pour habitude de trop localiser les problèmes sur des détails qui, certes sont importants, mais qui empêche d’avoir un regard plus global sur son
tir. Sentir son corps comme un grand tout et non comme plusieurs unités agissantes. Ainsi en tant que débutant j’ai tendance à m’auto-diagnostiquer de façon erronée sur des points trop précis et de
me crisper dessus. Le fait de revenir à des problèmes plus larges et plus grands me permettrait de mieux travailler.
Un autre chamboulement durant ce stage a été le fait d’expérimenter le lien entre le taihai et le tir. Le tir est véritablement nourri par l’effort du “corps vivant” durant toutes les phases du taihai. Je
pensais l’avoir compris, mais là je crois l’avoir vraiment senti.
Le contact avec une sensei d’une telle exigence mais à la fois d’une telle générosité a été une expérience très enrichissante pour mon kyûdô mais aussi pour mes autres domaines de pratique.
Quentin VERDET 2ème Dan – AKEP


Sous la direction de Tomoko SHIMOMURA sensei renshi 5ème dan et Vincent PAYEN 5ème Dan, ce fut pour moi un stage très complet et qui m’a permis de me reposer de nombreuses questions sur ma pratique individuelle et collective du kyûdô : de la réalisation des mato (j’ai appris qu’il y a avait un sens!), à la tenue (de la bonne longueur du hakama) ou du nœud de la corde en passant à des rappels à l’étiquette (nécessaires) ma pratique s’en trouve fortement modifiée à l’issue de ce stage, l’enseignement reçu ayant été toujours prodigué avec bienveillance.
Le thème du stage La posture vivante et le dôzukuri et l’enseignement m’a fait découvrir des sensations inconnues jusqu’à présent mais aussi qui m’ont permis à mieux comprendre des mots de l’enseignement de mon sensei, Bruno LENROUILLY, renshi 6ème dan.
Enfin l’invitation à réaliser un hitostumato sharei aux côtés de Tomoko SHIMOMURA sensei renshi 5ème dan et de Vincent Payen 5ème Dan au sein de mon dojo a été un moment riche d’émotions.

Christophe PROVOT 3ème Dan – AKEP


 
Un véritable privilège que celui d’avoir pu être présent (hélas une demi-journée seulement pour moi) à ce stage de Montreuil. Nous avons pu y bénéficier d’une vraie et sincère transmission de la part de Tomoko SHIMOMURA, assistée de Vincent PAYEN. Avec un remarquable charisme, une infaillible rigueur et une profonde générosité, elle a su ramener les plus anciens et conduire les plus jeunes, vers le sens même de la pratique du kyudo, métaphysique parfois parce que physique toujours et encore. Je suis certain que tous ceux qui ont eu la chance de bénéficier de cette transmission auront à cœur d’en cultiver longtemps le fruit, chacune et chacun selon sa propre nature et sa relation personnelle au kyûdô. Pour ma part, et à titre de simple exemple, depuis ce stage j’ai pris la décision que, pour moi-même, le « tir libre » n’existe pas ; je m’impose désormais de tirer chaque flèche à l’entraînement en descendant sur honza et shai, en imaginant être constamment sous le regard de tous les Sensei que j’ai eu la chance de rencontrer, et de tirer « comme à l’examen ». Il y a plus de vingt ans, lorsque j’ai débuté le Kyudo, j’ai vite entendu cette phrase bien connue de tous, selon laquelle « il faut tirer à l’entraînement comme à l’examen, et à l’examen comme à l’entraînement », et je n’y voyais qu’une simple égalité des deux contextes. Je sais maintenant que c’est d’abord à l’entraînement qu’il faut tirer chaque flèche comme à l’examen, pour seulement ensuite pouvoir tirer à l’examen comme à l’entraînement. « Vous ne pouvez rien enseigner à l’homme, vous ne pouvez que l’aider à le découvrir en lui-même » écrivait Galilée ; merci à Tomoko et à Vincent d’y être parvenu pendant ce stage.

Jaïs AZOULAY 4ème Dan – AKEP


 

 

 

Recent Posts
Contactez-nous

Vous pouvez nous laisser un message et nous vous répondrons au plus vite

Not readable? Change text. captcha txt