CR- Stage de Tours 2011

Halte à l’auberge de Tours : stage de Kyudo du 29 et 30 janvier 2011

Samedi, arrivée au stage de Tours, j’ai commencé à avoir envie d’écrire sur ce stage, pour ce stage. L’envie s’est faite de plus en plus présente Dimanche. Lundi, j’en parlais à Claude, et Mardi à Jean-Pierre. Leur écrire à eux, les organisateurs, nos hôtes. Leur dire merci pour l’organisation, leur accueil chaleureux, leur dynamisme et leur enthousiasme, leur encadrement tout au long de ce week-end qui demande temps, disponibilité, énergie, investissement. Ils ont œuvré avant et pendant pour que chacun puisse trouver les meilleures conditions pour vivre et partager ce stage. Toujours dans la bonne humeur et le plaisir de nous recevoir. Et bien, sachez que ce fut un plaisir d’être reçu parmi vous.

Puis, j’ai eu envie de vous raconter à vous ce qu’est ce stage. En toute subjectivité bien entendu.
Deux journées consacrées à se rencontrer, à partager, à découvrir ensemble, à cheminer dans et au travers sa pratique du tir, à s’ouvrir. Un stage pour s’ouvrir à l’autre et à soi. Le stage de Tours pour s’ouvrir d’avantage encore parce que nous sommes immergés ensemble dans ce que nous pouvons partager : le Kyudo.

Deux journées à pratiquer le Kyudo. Le cadre étant posé, il n’y a plus qu’à y aller. Foncer même si l’envie vous en prend. Chacun a son rythme, chacun selon son élan. Chacun apporte son énergie, son expérience, sa vision, sa présence. Finalement, chacun devient enseignant pour l’autre mais aussi pour soi-même. Tous élèves des autres également.

A Tours, le Kyudo s’est paré et a mis sa tenue de soirée. Place à la Beauté, thème choisi par Claude Luzet. En introduction, en développement et en conclusion. La Bonté, La Beauté et La Vérité. A chacun de faire les liens. A chacun de chercher, de se mettre en mouvement. A chacun de vouloir aller plus loin. Chaque flèche le propose. Chaque stage en est l’opportunité.

Après quelques stages et des rencontres chacune différente et pourtant s’assemblant joliment, il semble
que le Kyudo ne soit pas unique, ne se possède pas et ne se limite pas. Il semble aussi qu’il ne puisse simplement se transmettre et donc se recevoir sans pratique. Les stages organisés tout au long de l’année sont autant de terrains d’expérimentation possibles. Merci de les faire exister.

Deux journées qui m’ont permis de comprendre et d’intégrer l’intérêt et le sens du taihai et du sharei.
Du salut d’entrée à celui de la sortie, de Omahe à Ochi, de Honza à Shai, de Ashibumi au Zanshin, tout participe au corps du tir, ne reste plus qu’à lui donner vie. Des premières flèches ou premiers sharei aux tirs d’ouverture et démonstrations, ce stage a offert deux magnifiques journées à l’expression du Kyudo et à ses participants.

Chacun d’entre nous a pu repartir sur sa route, vers sa destination, avec son apprentissage ou ce moment de vie partagé. Jusqu’à la prochaine auberge. Car le voyage étant de chaque instant, il en faudra d’autres !

Corinne
Crédits Photos: Do Delaunay

Recommended Posts
Contactez-nous

Vous pouvez nous laisser un message et nous vous répondrons au plus vite

Not readable? Change text. captcha txt