CR stage 12-13 février 2011

Stage LIFKT tous niveaux, 12 et 13 février 2011, Gymnase Thomas Mann, Paris 13e.
Encadré par Dominique Guillemain d’Echon, Renshi 6e dan ANKF et Thierry Guillemain d’Echon, Renshi 5e dan ANKF

“Ouvrir l’arc et s’ouvrir à l’arc”
ou : “Mettre en place Tsumeai pendant Hikiwake pour pouvoir réaliser Nobiai en Kai”

53 pratiquants s’étaient inscrits à ce stage hivernal parisien :

Après le Yawatashi traditionnel d’ouverture, et les deux flèches de Ite Gyosha, le travail du samedi consista en la prise de conscience des Jumonji, indispensable pour mettre en place l’ossature du corps sur laquelle s’appuiera le travail des Tsume.

Pour approfondir le travail du Tsumeai on éprouva la mise en place des articulations pour réaliser Hikiwake correctement sans utiliser la force des mains qui conduit à la déformation du corps.

Chacun, à son niveau, s’appliqua dans un premier temps à ressentir et réaliser Sanju jumonji, base essentielle de l’ouverture qui doit être mise en place et respectée à chaque flèche.

Des exercices furent proposés visant à rester en connexion avec son squelette, son ossature, ressentir la gravité, l’enracinement dans le sol, pour pouvoir construire Tatesen, la ligne verticale qui relie les 3 lignes pieds-hanches-épaules, Ashi-Koshi-Kata.

Parmi les nombreuses propositions de travail :
– Garder la conscience de l’Ashibumi jusqu’au Kai, sentir la gravité du corps qui pèse sur les pieds
– Se servir de l’Ashibumi (Hikagami, Sokushin) pour développer Tatesen et ouvrir l’arc
– Entrer dans l’arc de Sanbun no ni à Kai
– S’entraîner à ouvrir l’arc à partir des épaules pour se dépolariser des mains (construire la ligne horizontale en utilisant les épaules et les coudes) avec la sensation d’ouverture de la poitrine.
– S’appuyer sur son bras gauche pour ouvrir l’arc et enlever la force en trop dans Mete.

Pour les plus hauts gradés : sentir la relation permanente entre Tsunomi et coude droit.
Garder un contact permanent et à 100% de “koko” (Tsunomi) avec la poignée de l’arc (Nigiri) sans la serrer
Travailler sur l’équilibre des tensions (coude droit, main gauche) à partir de l’axe vertical (Tatesen).

Le dimanche, après un Hitotsumato réalisé par les Sensei accompagnés de Nicolas Ladron de Guevara, 5e dan ANKF, le travail du Tsumeai fut complété par l’apprentissage de Nobiai, autre condition indispensable à la réalisation du Kai.

– Ne pas durcir les mains en Kai pour ne pas bloquer le Nobiai, travailler au contraire sur la fluidité, enlever les contractions ou tensions inutiles pour que l’effort d’ouverture se prolonge dans la sensation de développement des extensions qui mène à l’harmonie.
Il est à noter qu’il est plus évident de ressentir l’expansion de Yokosen, la ligne horizontale, et que Tatesen demande une pratique assidue pour être expérimentée.
L’accent fut mis sur le fait de déployer l’énergie comme un tout, à partir du centre du corps (Tanden).
Le rôle de Shinki no Hataraki, le travail de l’esprit, la détermination, la stabilité en Kai pour que puisse s’exprimer l’énergie ininterrompue dans Nobiai.

Le stage fut clôturé par Shagi Gyôsha, ou tous les pratiquants malgré la fatigue eurent le courgage de mettre en pratique ces points si ardus qui sont au coeur de la pratique du Kyudo.

Recommended Posts
Contactez-nous

Vous pouvez nous laisser un message et nous vous répondrons au plus vite

Not readable? Change text. captcha txt