CR- Stage LIFKT Thomas Mann – Juin 2011

Immersion. C’est le mot qui vient à l’esprit pour un stage de perfectionnement (0-1-2 dan) et c’est le sentiment que l’on éprouve chaque fois que l’on s’embarque à bord du gymnase Thomas Mann, vaste navire entre ciel et terre, où la lumière du jour parvient par des hublots.

L’équipage est au complet Samedi matin 25 Juin, plus d’une soixantaine de kyudojins venus en majorité de l’Ile de France mais aussi de Besançon et d’Annemasse, tous embarquant sous le haut commandement expérimenté et bienveillant de Terence Griffin Sensei (Renshi 5ème dan ANKF), Naéko Otha (5ème dan ANKF), Jean-François Decatra (5ème dan ANKF) et Yumi Minaminaka (5ème dan ANKF).

Il s’agit principalement de mettre le cap sur une terra incognita, le passage de grade du mois de Juillet, en gardant toutes et tous en mémoire que le chemin à accomplir compte parfois davantage que la destination finale.

Ainsi, très bien encadrés par une organisation rigoureuse conférant de l’autonomie – la feuille de route clairement établie chaque matin par Terence Griffin Sensei – avons-nous navigué pendant deux jours en grande harmonie, tous grades confondus, concentrés et vigilants, l’examen devenant un point sur l’horizon, rien de plus…

Journal de bord :

Samedi.

Tir d’ouverture (Yawatashi) effectué par T. Griffin Sensei assisté de Naeko et Yumi.
Mezukai. Silence. Applaudissements.

Ateliers (Naeko, Yumi) afin de travailler entrées et sorties sur le dojo et les shitsu (1er – 2ème dan)

En parallèle, Itte Gyôsha pour les Mudan, suivi de commentaires individuels et corrections par Terence sensei et Jean-François. Puis c’est le tour des 1er dan tandis que les 2ème dan et Mudan dan permutent dans les ateliers.

Pause, puis rassemblement : Terence Griffin Sensei rappelle avec son expérience, son autorité et son humour, ce que chacun de nous doit entendre : un examen constitue un rituel de passage et doit être débarrassé de l’obsession de la réussite ou de l’échec. Chacun doit y être à sa place, attentif au rei, aux autres, à son matériel, à la conscience du moment. Ce n’est pas le jour à tenter des exploits ! Les juges, soulignera-t-il plusieurs fois pendant le stage, veulent observer le tir « normal », celui de « tous les jours ».

Déjeuner dehors. Soleil. Paris en Juillet.

Itte Gyôsha continue en début d’après-midi avec les 2ème dan, toujours suivi de commentaires et corrections individuels par Terence et Jean-François. Très instructif … La forme du commentaire personnel où chacun est appelé tour à tour à la table des « juges » est une expérience nouvelle.

Après une courte pause, 10 cibles installées apparaissent comme par enchantement (remarquable assistance de Takeji Naigeon, discret et efficace, qui a dirigé la logistique) et les tachis s’enchaînent en Kyôgi no ma-aï (fort à propos pour l’examen de Juillet, semble-t-il …)

Dimanche.

Hitotsu mato sharei. (Terence Griffin Sensei, Jean-François Decatra, Yumi Minaminaka). Une nouvelle énergie emplit le dojo.

Tirs libres, avec corrections du sensei et des assistants.

Atelier Yugaeri. Jean-François Decatra regroupe une dizaine de participants qui veulent perfectionner (ou découvrir…) les subtilités de la rotation de l’arc. Théorie, exercices, mise en pratique … et quelques améliorations notables.

Pause et enseignement. Terence Griffin Sensei, donne une illustration très éclairante de la fonction des hassetsu et insiste sur les 5 fondamentaux du tir :

  1. Force et résistance de l’arc
  2. Forme naturelle du corps (Sanjû et Goju Jûmongi)
  3. Ikiai
  4. Mezukai
  5. Importance du kokoro et du ki (énergie, confiance, détermination)

Déjeuner. Chaleur exceptionnelle. Paris presque au mois d’Août.

Une heure de tirs libres auxquels se joignent les enseignants, en keikogi.

En clôture, examen blanc sur 5 cibles revenues à la distance règlementaire de 1,80 m.

Remerciements et salut final.

Après cette traversée collective, chacun remit le pied sur la terre ferme avec des sensations, des images, un apprentissage, des questionnements individuels. Et l’on promit de se revoir très vite : le jour de l’examen .. !

Peut-être un dernier hommage en quittant le gymnase ? A Thomas Mann, l’auteur de « la montagne magique » qui, en écrivant ce récit initiatique, laissait entrevoir ce qui attend celui qui aura pris le temps, les moyens, l’endurance et le souffle pour gravir son propre sommet.

M.H Giannesini 27/6/2011

Recommended Posts
Contactez-nous

Vous pouvez nous laisser un message et nous vous répondrons au plus vite

Not readable? Change text. captcha txt