CR- stage AKBG_SDK – Juin 2014

 

dirigé par Erick Moisy Sensei, Renshi,
• Autour de l’enseignement de Yoshimoto Kiyonobu Sensei, Hanshi 9è dan ANKF
• Kufu Geiko ou Jibun Katte ?
• Travail du kimono : Hada nugi et Tasuki sabaki

 

Dans la foulée du stage du mois de mars, la suite de l’interview vidéo de Yoshimoto Sensei nous a dévoilé la perception du Hassetsu par un Hanshi japonais, 9è dan ; soit une description très expérimentée, loin d’une simple récitation du Kyudo Kyôhon.
Alors que l’entrevue de mars nous proposait une vision presque autobiographique voire philosophique du Kyudo, l’occasion nous fût donnée d’appréhender une pratique intégrée, et bien que donnée par un grand maître, accessible à chacun, à n’importe quel niveau, par exemple :

  • Ashibumi : tracer avec la pointe de ses pieds un axe qui pointe le centre de la cible et bien garder le centre de gravité entre ses deux pieds (horizontalité) ;
  • Dozukuri : coudes en miroir, construire Tatesen, belle ligne verticale partant des hanches ;
  • Uchiokoshi : écarter, ouvrir les omoplates, sentiment d’élever légèrement un arc très lourd.

A entendre Yoshimoto Sensei, pour favoriser une bonne pratique du Kyudo, le Taihai et le Shakei ne peuvent être dissociés.
Afin d’intégrer ces apports, les participants ont été invités à les pratiquer en Subiki (tir à vide) et au Gomo Yumi, tous deux des puissants révélateurs des défauts de tir.
_____________________________________________
Dans le domaine des arts martiaux un des secrets du succès est la pratique, l’entraînement. En Kyudo on distingue traditionnellement trois types d’entraînement :

  • Mitori Geiko : observer attentivement, vivre et faire sienne la pratique par le regard ;
  • Ya Kazu Geiko : s’entraîner en lâchant beaucoup de flèches ;
  • Kufu Geiko : fondre ses propres schémas corporels et mentaux dans la forme et l’esprit de la pratique.

Cette dernière notion peut être difficile à appréhender pour des pratiquants occidentaux, culturellement plus individualistes voire contestataires ou têtus que leurs homologues asiatiques :  » Pourquoi moi qui suis unique, devrais-je oublier mon individualité dans une pratique que d’autres individus vivants ou ayant vécu dans des contrées lointaines ont imaginé dans le seul but de me compliquer la vie ?  »
 » Non. Moi, européen/ne moderne, je ne vois pas pourquoi je singerais des mouvements ou des coutumes d’un autre âge…

  • Tel aspect me dérange dans le Kyudo ? Je n’en tiens pas compte ;
  • tel mouvement réveille douloureusement une partie de mon corps ? Je l’adapte à ma morphologie ;
  • tel mode relationnel sur le Dojo titille désagréablement mon ego ? Je m’assois dessus ! « 

Bienvenue dans le monde de Jibun Katte ! Le pays où le pratiquant bricole son Kyudo perso, où il n’est plus nécessaire de trouver en soi les ressources pour franchir les obstacles, mais où on adapte les obstacles aux ressources dont on dispose (ou croit disposer).
En cherchant à comprendre la différence entre Jibun Katte ou Kufu Geiko, on touche à la notion même de Budo : étymologiquement un chemin où l’on se bat. Où l’on se bat pour plus de vérité, de beauté et de bonté. On retrouve ici l’esprit de Yoshimoto Sensei qui, en faisant sien l’esprit du Kyudo, a accompli sa destinée tout en devenant un modèle pour ceux qui se sont engagés dans cette voie difficile et belle.
_____________________________________________
Pour compléter ce stage, et pour répondre à une demande de la ligue, un atelier Hada nugi / Taski sabaki a été proposé aux participants : une nouvelle expérience pour les uns, une pratique pour les autres et pour ceux fraîchement arrivés dans la discipline… une opportunité d’exercer Mitori Geiko !
_____________________________________________
Ce stage remplissant les conditions des stages validant FKT, la liste des onze participants a été communiquée au secrétariat de la FKT afin de leur ouvrir la porte du prochain stage international en tant qu’affiliés à la Fédération de Kyudo Traditionnel (FKT). Un précieux sésame pour les réjouissances parisiennes de juillet 2014 où se réuniront plusieurs centaines de Kyudoka participant à la 2 è coupe du monde de Kyudo ainsi qu’aux stages et examens de l’EKF et de l’ANKF.

 

CCJ & CEJ – juillet 2014

Recent Posts
Contactez-nous

Vous pouvez nous laisser un message et nous vous répondrons au plus vite

Not readable? Change text. captcha txt