CR- stage AKBG_SDK – Novembre 2014

 

dirigé par Erick Moisy Sensei, Renshi.
• Daishadokyo – la Voie du Grand Tir

 

Avertissement préalable: le terme français “tir” est grandement inapproprié ici ! … le terme allemand le serait également : “schiessen” faisant référence à l’action de tirer. Erick évoque le terme anglais “archery”, plus adapté à ce que l’on va travailler durant ces deux jours. En effet, pour effectuer un grand tir, il ne saurait être question de tirer ! On va s’étendre, s’ouvrir, pousser, s’allonger …mais surtout pas tirer sur l’arc et encore moins tirer à l’arc !

Trois étapes, trois points-clés seront dans un premier temps expérimentés/pratiqués, dans un 2ème temps explicités/analysés et dans un 3ème temps intégrés, pour bien ouvrir son arc selon cette tradition.

  • Ashibumi + Tatesen (base et ligne verticale)
  • Yokonosen (ligne des épaules, horizontale)
  • Stabilité de Yunde

Ashibumi et Tatesen : la base
Il ne saurait être question de s’engager sur la voie du grand tir sans avoir préalablement établi une base solide, une “citadelle imprenable” selon les mots de Furusawa Sensei : une bonne largeur bien placée par rapport à la Mato, rotules tournées vers l’extérieur, fesses serrées, jambes toniques, poids légèrement vers l’avant et bassin en rétroversion. Etre toniques et forts dans la partie basse du corps permet de rester détendus et souples dans la partie supérieure. L’ancrage est favorisé par le travail du Tatesen.

Yokonosen
Qui dit articulation, dit mobilité, et qui dit mobilité, dit instabilité. Il s’agit de porter l’attention aux placements de l’épaule (gauche en particulier), car c’est l’articulation la plus mobile), ainsi que du placement du coude et du poignet. A ce stade, plusieurs défauts-types peuvent apparaître : une épaule qui se rétracte ou qui monte au passage à Daisan, un torse qui se vrille vers la cible… Or cet alignement de la ligne des épaules est indispensable pour favoriser la circulation de l’énergie et permettre une juste poussée sur le Tsunomi.

Stabilité de Yunde
Pour ouvrir un grand arc, le bras gauche doit être fort ; tout le côté gauche doit être fort, bien connecté sur les hanches : il s’agit de pousser à 2/3. Au passage en Daisan, c’est l’épaule gauche qui commande le Tsunomi (le point de la main gauche par lequel la puissance de l’arc pénètre dans le corps de l’archer), dans une idée de longueur. Le placement du Ju Monji avec Yunde est primordial pour que le Tsunomi soit bien établi.
La combinaison entre le Tsunomi et la sensation de monter la partie basse de l’arc avec la main droite pendant Hikiwake est la dernière clé qui nous a été proposée durant ce stage pour pratiquer un grand tir.

DSC_6788

A relever la belle complémentarité franco-suisse qui a régné durant ce stage (la chance d’avoir “sous la main” un Shogo Helvète et un Shogo Français) : l’occasion d’évoquer de manière informelle les dynamiques régionales qui complètent avantageusement les logiques de Fédération ou association nationales.

Bref un stage haut en couleurs: celles de l’automne bien sûr, et celles que les pratiquants ont ramené avec eux dans leurs Dojo respectifs, inspirées par les enseignements des grands maîtres du Daishadokyo évoqués en novembre à Genève : Awa Sensei et Yoshimoto Sensei.

CeJ+CJ – décembre 2014

Recent Posts
Contactez-nous

Vous pouvez nous laisser un message et nous vous répondrons au plus vite

Not readable? Change text. captcha txt