Démonstration Ambassade du Japon

Démonstration de Kyudo en collaboration avec l’ambassade du Japon

Opération Yôkoso Japan

Dans le cadre de la campagne de promotion du tourisme au Japon « Yokoso Japon » (Bienvenue au Japon, voir www.japanwelcomesyou.com), une réception était organisée à la résidence de l’ambassadeur du Japon (Monsieur Hiroshi Hirabayashi) par le ministère de l’aménagement du Territoire, des Infrastructures et des Transports japonais le vendredi 18 juin 2004. Contactée fin mai par le directeur de la Japan Airline (JAL) pour examiner la possibilité d’une démonstration de Kyudo à cette soirée, Naeko Ohta (4ème dan pratiquant à Paris) alerte Dominique Guillemain d’Echon (Responsable de la communication au Comite Directeur de la FKT) qui prendra en main, en bonne professionnelle de la communication et des relations publiques, la direction des opérations.

Après visite des lieux et moult délibération, notre président Charles Louis Oriou n’étant pas libre ce jour là , le choix s’opère sur un hitotsu mato sharei qui sera réalisé par Claude Luzet (Renshi 6ème dan, Directeur Technique FKT), Dominique Guillemain d’Echon (5ème dan) et Dominique Inarra (5ème dan), en extérieur, sur la pelouse du parc de son excellence. Thierry Guillemain d’Echon (5ième dan, président de la ligue Ile de France), Nathalie d’Alessandro (4ème dan), Naeko Ohta (4ème dan) et Jean-François Decatra (3ème dan) complètent la délégation pour assurer traduction, sécurité et support logistique. Le lieu est assez impressionnant : alors que l’ambassade se trouve avenue Hoche, la résidence de l’ambassadeur se situe dans ce carré magique logé entre la rue du Faubourg Saint Honoré et l’avenue Gabriel et qui comprend entre autre le palais de l’Elysée (d’ailleurs, d’après des confidences de nos interlocuteurs de l’ambassade, le président Chirac en personne était convié en voisin mais n’aurait pas pu se libérer). Après avoir franchi un porche classique dans le style XVIIIème du quartier, on tombe sur un immeuble de 3 étages, dessiné par un architecte probablement japonais dans les années 70 : Verre, métal, béton, marbre, grands volumes calmes et lumineux, le tout prolongé par un parc arboré courant sur plus de 200 métres vers l’avenue Gabriel.

Les invités, environ 200 personnes, mélange de professionnels du tourisme, de diplomates et de personnalités de la politique et des arts, commencent à arriver à partir de 18 heure 30. Le groupe FKT fait son entrée à 19 heures, au son d’un shakuhachi. Le programme complet de la partie « spectacle » commençait avec le Kyudo, suivi du Kendo, d’un défilé de mode de la styliste Junko Koshino, de la cérémonie traditionnelle d’ouverture d’un tonneau de saké (Kagami Biraki, propre à toute inauguration au Japon), et pour finir une démonstration de Shorinji Kempo.

Le silence fut total pendant notre prestation et nos craintes de devoir effectuer un sharei sur un fond de conversations de cocktail ne s’avérèrent pas fondées. Alors que le vent se lève et que le ciel s’obscurcit par moment, le tir est assuré avec une grande harmonie par nos trois représentants, la mixité du groupe ajoutant encore à la beauté de l’ensemble. Applaudissements, nous nous rangeons sur le côté en seiza et les Kendokas entrent en scène, emplissant l’air de leur Kiai aigus, suivis plus tard par les mannequins aux coiffures extravagantes du défilé de mode.

Viennent ensuite les discours (Ambassadeur du Japon, ex ambassadeur de France au Japon, Ministre japonais des Transports) et le tonneau de saké est enfin percé à coups de maillets. Des « masu » (récipients parallélépipédiques en bois pour déguster le saké froid) sont distribués et toute l’assemblée se réunit dans un vigoureux « Kampai » .

Les tireurs rangent leurs matériel et notre groupe FKT, toujours en kimono et hakama, se répartit parmi les invités pour répondre aux nombreuses questions sur le Kyudo. Le ministre des transport, Monsieur Nobuteru Ishihara (en tenue traditionnelle, c’est à dire habillé comme nous !) vient nous saluer avec son épouse et félicite les tireurs pour leur concentration.

La soirée s’achève autour de 21 heures et chaque invité repart avec un sac rempli de brochures sur le japon, sans oublier la plaquette de la FKT que Dominique Guillemain d’Echon avait pris le soin de faire insérer. Nous repartons ravis de la qualité de cette soirée, des échanges qu’elle a permis, et surtout d’avoir ainsi eu l’occasion de créer des liens privilégiés avec l’ambassade du Japon en France.

Yôkoso Japon !

Jean-François Decatra

Recommended Posts
Contactez-nous

Vous pouvez nous laisser un message et nous vous répondrons au plus vite

Not readable? Change text. captcha txt