CR – Stage Agneaux – 20 et 21 février 2016

C’est toujours très agréable d’aller à un stage qui revient régulièrement chaque année. On peut y voir les progrès de chacun et c’est avec grand plaisir que nous nous revoyons. Vingt-et-un participants de tous niveaux étaient présents.

La première journée :

Nous avons effectué le salut traditionnel à 14h00.
Thierry Sensei a ouvert le stage en étant Ite dans le Yawatashi, Yves Guezet Daiichi Kaizoe et Christian Guienne Daini Kaizoe.

stage_agn_2016_05

Puis nous avons fait un Ite Gyôsha. Dominique et Thierry ont commenté nos tirs ainsi que le Yawatashi. Ils sont revenus sur les rôles des Kaizoe en nous encourageant à nous exercer dans nos Dojos. Ils ont corrigé des points que nous oublions régulièrement : comment recule Daini Kaizoe ; à quel moment il salue Dai Ichi lors de la remise des flèches ; comment mettre ses mains le long du corps, etc. Sur nos tirs, les Sensei ont insisté sur le Daisan et le Tenouchi. Souvent la main est en Betaoshi, c’est à dire trop écrasée sur l‘arc (l’angle entre la main et l’arc n’est pas à 90°).

stage_agn_2016_01

Thierry a marqué sur sa main gauche au stylo, un point à la base de la deuxième phalange du pouce et un autre sur le poignet, en expliquant que ces points venaient s’aligner en Kai ainsi qu’en Hanare et Zanshin. Il est plus facile de montrer que de décrire mais sa démonstration a été très éclairante. Cela nous a montré l’importance de la position du pouce vers la cible et surtout pas écrasé sur l’arc. Il a également montré l’importance du Y que forme le pouce et l’index : en Daisan, le pouce est à 30° par rapport à l’axe de la cible. Puis dans le reste d’Hikiwake, il se rapproche de l’axe de la cible à une largeur de pouce. Mais c’est seulement dans le Hanare qu’il vient dans l’axe de la cible et non en Kai. Puis les Sensei ont abordé le thème principal du stage : Shahô-Shagi no Kihon.

  • Sur le Yumi no Teiko Ryoku : il faut bien entendu avoir un arc adapté à sa force. Mais il faut surtout ne pas oublier que la puissance de l’arc est dans la courbe inférieure.
  • Sur le Kihon Taikei : il faut être conscient de la croix horizontale et verticale (Tateyoko Jumonji) qui est établie dans notre corps dès l’entrée sur le Shajo.
  • Sur le Mezukaï : Thierry et Dominique ont beaucoup insisté sur le regard. Il est le reflet de notre esprit.

Il faut qu’il soit à 4 mètres mais en même temps à 180°. Un regard placé aide à avoir l’esprit calme et à être à l’intérieur de soi sans être perturbé par ce qui peut se passer à l’extérieur. Dominique nous a rappelé le Yuki no Mezuke : comme on regarde la neige tomber, on regarde la cible, en embrassant l’ensemble qui nous entoure sans pour autant en être perturbé. Nous avons travaillé ces différents points en tir corrigé et en atelier par trois, un tirant à la cible, un placé derrière, et l’autre devant observant san-jumonji de Ite pour lui indiquer l’état de sa posture. La fin de l’après-midi s’acheva par une démonstration de cinq archers de Kyudo Agneaux devant un public d’invités et la presse locale. Le salut de clôture du premier jour fut effectué vers 18h.

Le 2ème jour nous avons salué à 9h30.

Dominique Sensei ouvrit la journée par un Yawatashi avec Jenny Keguiner (moi-même) en Daiichi Kaizoe et Elisabeth Lemière en Daini Kaizoe.

stage_agn_2016_02

Nous nous sommes appliquées en tant que Kaizoe à mettre en pratique ce que Dominique et Thierry avaient corrigé la veille. Et si nous n’avons pas fait les erreurs pointées la veille, nous en avons bien entendu fait d’autres ! Pendant toute la matinée nous avons travaillé Nyûjo et Taïjo, les entrées et les sorties. A l’entrée du Shajo, Thierry nous a montré qu’il fallait faire le premier pas comme entraîné dans un léger déséquilibre vers l’avant. Cela oblige à être entrainé par nos hanches et non par nos pieds. Les hanches (Koshi) étant à la base de tous les déplacements. Avant le déjeuner sous la conduite de Dominique nous avons fait quelques exercices sur des tapis au sol pour nous relaxer des efforts consciencieux faits pendant la matinée. L’après-midi, Dominique a insisté sur la respiration (Ikiai).

stage_agn_2016_03

La respiration consciente (Kisoku) qui donne la vie au corps (Seikitai). Et c’est seulement grâce à cette respiration consciente que l’on peut arriver à mobiliser l’énergie spirituelle (Ki) qui donne toute la beauté au tir. Pour ce faire nous avons tiré en poussant le cri (Yagoe) à Hanare. Cela permet de voir où en est le souffle en Kai et à Hanare. Nous avons également appris quelques exercices pour étirer et mobiliser les triceps :

  • Mettre le bras (gauche ou droit) contre l’oreille. La main vient ensuite se placer entre les omoplates. On tire sur le coude vers le haut, ce qui permet d’étirer le triceps.
  • Prendre l’arc et l’ouvrir un peu avec les dos des mains face à soi, en entrant dans l’arc avec le corps. Cela permet d’étirer les muscles de la base du cou et des triceps, et de sentir les bons muscles à mobiliser dans Hikiwake.

Nous avons fini le stage en faisant Shiage Gyôsha en rythme rapide (Rythme tournoi). Les tirs étaient pleins de l’énergie du stage !
Nous avons évidemment tous beaucoup appris. Et personnellement je conclurai ce stage par cette phrase citée par Dominique Sensei : « garder dans les moments difficiles  l’attitude confiante d’acceptation d’un défi avec délectation ! »

À l’année prochaine !

Jenny

Photos : Jean François Creusefond

Recent Posts
Contactez-nous

Vous pouvez nous laisser un message et nous vous répondrons au plus vite

Not readable? Change text. captcha txt