CR Grand Stage National de Nantes, Basse-Goulaine

Un compte-rendu de Françoise Richard

GRAND STAGE NATIONAL 2019 – BASSE GOULAINE (20 21 22 avril)

 

Xavier Zaoui

Le Grand Stage National 2019 s’est déroulé du 20 au 22 avril dernier, au gymnase de Goulaine, à Basse Goulaine (région ouest). Ce stage a été particulièrement marquant pour trois raisons :

  • Il est le premier grand stage national (décorellé de la coupe de France) sous l’égide du CNKyudo,
  • La Commission Territoriale de l’Arc Atlantique a accueilli pour la première fois ce stage organisé par le dojo Kyûdô Traditionnel Loire et Goulaine (KTLG) et Kyûdô de Nantes (KdN).
  • La commémoration des 40 ans de Kyûdô fédéral en France

80 kyudojin inscrits, provenant de 36 clubs différents répartis sur les cinq Commissions Territoriales, ont pu pratiquer dans un « écrin » (Régine GRADUEL sensei) empreint de sérénité et de paix, propice à l’enseignement (Nathalie, spectatrice) : panneau de bambou, yamitchi délimité par des plantes, ikebana réalisé avant l’ouverture du stage par Xavier BENUREAU, maître  ikebana).

Le GSN a été dirigé par Laurence ORIOU sensei (kyoshi rokudan), Claude LUZET sensei (kyoshi rokudan), Charles-Louis ORIOU sensei (kyoshi rokudan) assistés par Régine GRADUEL sensei (renshi rokudan), Yumi MINAMINAKA sensei (renshi rokudan) et Tomoko SHIMOMURA sensei (renshi godan).

 

 

 


1/ Le temps de l’enseignement   

Au cours du stage, trois thèmes ont été abordés :

  1. le shaho kun présenté par Claude LUZET sensei
  2. Posture et raffinement par Laurence ORIOU sensei
  3. kime et long kai par Charles-Louis ORIOU sensei

Nous avons également eu l’honneur durant ces trois jours d’assister à de magnifiques tirs de cérémonie.

1ère journée :

Le samedi 20 avril, Laurence ORIOU sensei a réalisé pour la cérémonie d’ouverture du stage, un yawatashi assistée par :  Régine GRADUEL sensei , daiichi kaizoe, et, Yumi MINAMINAKA sensei, daini kaizoe.

Le développement du thème n°2 est entièrement réuni dans ce magnifique tir ; mitori geiko avec attention permet de saisir toutes les nuances du raffinement pour laisser l’essentiel apparaître.

Ce fut au tour des stagiaires, répartis sur 2 shajos :

mudan à nidan d’un côté,

sandan et plus de l’autre,
de réaliser hitote gyosha sous l’oeil attentif des sensei.

A l’issue des sharei, des pistes d’améliorations générales sont apportées. Les conseils portent notamment sur les entrées et sorties, sur la posture à adopter afin que se dégage harmonie et beauté. Chacun doit également penser à rester digne après le tir, à soigner son yudaoshi.

Les deux groupes se réunissent ensuite pour une explication par Claude LUZET sensei du premier thème, le shaho kun. Ce texte contient de nombreux principes sur lesquels le kyudojin doit réfléchir et travailler.

Claude LUZET sensei rappelle que la connaissance du raiki shagi, du shaho kun, des cinq shaho shagi no kihon, et des 8 principes du taihai, est indispensable pour intégrer les enseignements et les corrections personnelles. L’étude du manuel de kyûdô est donc indispensable.

A travers le shaho kun, le pratiquant doit percevoir la nécessité de prendre conscience de sa verticalité en s’appuyant sur son squelette pour parvenir à un zanshin éblouissant de beauté s’étendant jusqu’à atteindre l’univers.

Les conseils sont mis en pratique lors de pratique dirigée.

Cette première journée se termine au restaurant avec la présence de quasiment tous les participants inscrits un dîner festif, très convivial et très chaleureux !

2ème journée :

Le programme du début de la deuxième journée a été quelque peu modifié avec la venue d’une équipe de France3 qui restera toute la matinée afin de tourner un court métrage diffusé au journal régional du lundi 22 avril 

Cinq pratiquants sont choisis par les sensei pour réaliser un taikai. Ils représentent les cinq commissions territoriales présentes dans la nouvelle configuration du CNKyudo, Il a été réalisé par :

  • Mélanie GRILLIERES, shodan (AK, CT Grand sud),
  • Thierry MALAURENT, sandan (Yumiya, CT Arc atlantique)
  • Marie-Jeanne BOYON, sandan (AKB, CT Nord et Est)
  • Philippe DEQUINCEY, sandan (LMK, CT Kyara)
  • Tarik RAHMANI, sandan (AKVM, CT Ile de France)Bravo à tous les 5 !

 

La journée se poursuit avec la présentation du thème 2 par Laurence ORIOU sensei : posture et raffinement.

Le raffinement doit être particulièrement visible à partir du 5è dan.

Mais qu’est-ce que le raffinement dans le kyûdô ?

La notion s’entend par une prestance à acquérir dans les déplacements et les mouvements nécessairement liés à une posture droite et volontaire. On doit faire du « polissage de l’inutile pour que l’essence apparaisse », supprimer les gestes inutiles. Comme toujours, aller à l’essentiel, se mouvoir à partir des hanches, utiliser la respiration, anticiper les déplacements donner un rythme.

La mise en application de tous les conseils se concrétise par une pratique dirigée.

Après le déjeuner, le thème 3 « kime et long kai » nous est présenté par Charles-Louis ORIOU sensei, et  Régine GRADUEL sensei.

kime, l’énergie vitale indispensable à un long kai.

A l’appui de croquis, Charles-Louis ORIOU sensei nous indique les bons positionnements. Les mains doivent être « relaxes », penser à travailler avec les triceps (shitasuji) et les omoplates pour effectuer nobiai ; munatsuru, corde collée contre la poitrine, travail de la 7ème vertèbre thoracique pour rentrer dans l’arc, l’étirement vertical et horizontal.

Pour Régine GRADUEL sensei  le kai est un « merveilleux rendez-vous avec l’âme » qui se produit quand le corps, l’âme et l’esprit sont alignés.

L’après-midi, outre la mise en œuvre de ces précieuses informations que nous tentons d’appliquer, est marquée par deux autres moments tout aussi denses : le rappel de l’étiquette par Laurence ORIOU sensei, et un temps de questions réponses se révélant très utile, montre combien notre discipline est évolutive.

3ème journée :

La dernière matinée de stage, débute par une démonstration shinsa no maaï sur les 2 shajo. Les kyudojin sélectionnés par les sensei, appliquent les conseils transmis durant le stage.

Les sensei soulignent les efforts accomplis et voient une nette amélioration des sharei.

La pratique reprend sur les deux shajo : hadanugihadaire et tasuki-sabaki pour les uns et revision des gestes de base (yatsugae, les différences entre bushake et reishake, les sorties) pour les autres.

La fin du stage s’annonce avec shitage gyosha pour tout le monde.

La cérémonie de clôture est un yawatashi réalisé par Xavier ZAOUI, organisateur de ce stage accompagné par Loïc KERISIT en daiichi kaizoe et Didier LEBAGOUSSE en daini kaizoe.

   


2/ Le temps de la mémoire : cérémonie commémorative

Le temps fort de ce stage fût la commémoration des 40 ans de kyudo fédéral en France. 

Celle-ci s’est déroulée en deux parties :

  • Une commémoration publique le samedi 20 avril à laquelle étaient conviées des personnalités régionales institutionnelles et sportives,
  • Une commémoration « privée » , uniquement pour les kyudojin présents, le dimanche 21 avril après la journée de stage.

Les invités de la commémoration publique du 20 avril à 17 h (Monsieur VEY, maire de Basse Goulaine,  Monsieur Ali REBOUH, adjoint aux sports de la ville de Nantes, Madame CHAPEAU, maire de Haute Goulaine, Monsieur BENUREAU et de nombreux autres invités), ont pu assister à un tir de cérémonie.

Cette commémoration a été célébrée par la réalisation d’un hitotsumato sharei  par Loïc KERISIT, Patrica STALDER, et Laurent DE MONES, tous trois godan.

Tous les invités ont été impressionnés par l’harmonie et l’intense concentration dégagées pendant ce tir. La démonstration était très belle.

Quelques discours ont ensuite été prononcés. M. VEY, maire de Basse Goulaine, a souligné sa joie d’accueillir un stage de cette envergure dans sa communue. M. Ali REBOUH, maire adjoint aux sports de la ville de Nantes et conseiller départemental de Loire Atlantique et Mme CHAPEAU, maire de Haute Goulaine et conseillère départementale de Loire Atlantique sont également intervenus.

Mme Catherine BOUCHER a pris la parole  au titre de la CTKyudo Arc Atlantique.

Laurence ORIOU sensei et Régine GRADUEL sensei ont remercié la ville de Basse Goulaine pour son accueil et la qualité des équipements à la hauteur de ce premier grand stage national du CNKyudo, qui par le fait du hasard, est concomitant avec le passage dans la nouvelle ère REIWA (令和 – la belle harmonie) du Japon.

Tout le monde s’est ensuite réuni autour du cocktail de l’amitié, offert par la maire de Basse Goulaine.

La commémoration privée du dimanche 21 avril était quant à elle plus intimiste.

Charles-Louis ORIOU sensei a présenté, avec émotion, un powerpoint retraçant 50 ans de kyûdô en France. Le chemin parcouru depuis toutes ces années est immense, grâce à la persévérance et l’énergie de tous les acteurs qui ont œuvré pour le développement du kyûdô.

Quelques impressions :

« Ce qui m’a beaucoup marqué c’est la beauté du dojo (plantes, panneaux en bambous….) vous avez réussi à faire d’un gymnase un endroit de sérénité et de paix, propice à l’enseignement apporté par les sensei,  bravo !!! » (Nathalie)

« J’ai senti que les sensei présents étaient très investis par ce qu’ils faisaient, cela me renvoyait un stage très serein mais en même temps très physique. » (Florian)

La convivialité et la bonne humeur ont été présentes durant les trois jours sous un soleil radieux 

La présence de nos six sensei a impulsé force sérénité, bienveillance et rigueur de travail à tous les kyudojin. 

MERCI A TOUS

Françoise Richard

  


Liens :

Photos : https://www.flickr.com/photos/157632523@N05/albums/72157691192164923

Les photos ont été réalisées par M. Bernard PECHEREAU et mises gracieusement à disposition des pratiquants. Nous l’en remercions chaleureusement.

Reportage France3 :  https://www.youtube.com/watch?v=ZLCbLBRxthY&feature=share


 

 

Recent Posts
Contactez-nous

Vous pouvez nous laisser un message et nous vous répondrons au plus vite

Not readable? Change text. captcha txt