Stage TENDO 30/11-1/12 , 2019

Un compte-rendu de Thierry CASTILLE

SAMEDI

Les 30 novembre et 1er décembre derniers, Claude LUZET sensei, kyôshi 6ème dan, animait le premier stage organisé par le club Tendô de Toulon sous le patronage de la CTK Grand-Sud. Le thème en était « shahô shagi no kihon ».  Plus d’une trentaine de pratiquants, la plupart Varois (AGK, KNS, Tendô) mais aussi issus des Bouches-du-Rhône (AK, AKCP), du Vaucluse (AKBA), du Rhône (LMK, AKSEL), de l’Hérault (ALK) et du Gard (TNK) étaient présents pour suivre l’enseignement de Claude LUZET sensei.

Un « hitotsu mato sharei » réalisé par les kyûdôjin les plus expérimentés, ouvre l’après midi du samedi. Claude LUZET sensei insiste sur l’esprit de ce tir de cérémonie qui met en exergue la beauté de l’harmonie du groupe, indépendamment de la performance individuelle.

Claude LUZET rappelle également que ce tir difficile est réalisé à partir de l’examen « kyôshi », 2ème tour, et avec des personnes avec lesquelles on ne pratique pas habituellement. « Les stages ou les séminaires sont des moments où de telles conditions sont réunies, et il faut en profiter ! »

C’est Laurent DE MONES, Jean Claude TRAMIER et Christian KNOBLOCH qui nous feront l’honneur de cette très belle entrée en matière.

Hitote gyôsha suivra avec, bien entendu, les commentaires avisés de Claude LUZET et de nos 5ème dan.

Claude LUZET sensei nous confie ses réflexions personnelles qui ont suivi le Grand Stage de Nantes du mois d’avril de cette année et il insiste sur le fait que toutes nos différences dans notre pratique commune ne doivent pas nous faire oublier les fondamentaux. Notre kyûdô a besoin de bases solides, de fondations sur lesquelles nous pouvons nous élever.

Le raiki shagi souligne l’importance de l’esprit juste, l’intention correcte sans lesquels la technique est vide de sens. Si le kyûdô ne peut pas être le simple maniement de l’arc et des flèches, il reste essentiel de comprendre aussi les liens entre l’arc et le corps (shahô kun). Dans les dôjô japonais d’ailleurs, lecture est faite de ces deux textes fondamentaux avant même de pratiquer… donc à lire et à relire!

Petite enquête de Claude LUZET à propos du Shahô Shagi no Kihon… « Qui a révisé la théorie ? Quels sont les 5 principes développés ici ? »

Les échanges ont lieu, Claude LUZET commente, oriente, corrige et anime. Nous avons l’innocence de ne retenir parfois que les points énoncés dans le manuel, un peu restrictifs comme par exemple le fait que « la puissance de son arc doit correspondre à la moitié de celle de deux arcs tendus jusqu’au niveau de l’’épaule »… Sourires de Claude LUZET. Il préfère nous parler de la perception de la puissance de son arc qui dépend de très nombreux facteurs qui varient avec le temps, avec sa maîtrise, selon la manière dont on fait te no uchi, etc.  Il conclu en nous disant qu’il est important de savoir comment fonctionne toutes ces combinaisons.

Rappel sera fait de l’importance de la lecture du manuel de kyûdô et de l’enseignement reçu au travers des publications officielles de l’ANKF. Plus on s’élève dans la maison, plus on enrichi sa pratique mais il faut toujours préserver les bases fondamentales !

Nous finirons cette demi-journée par la pratique sur makiwara afin de travailler les bases : daisan, hikiwake en particulier, mais aussi torikake ou te no uchi.

Enseignement individuel par Claude LUZET sensei

DIMANCHE

Tir d’ouverture, « mochi mato sharei » réalisé par les plus expérimentés, 4ème et 3ème dan, suivi des commentaires, corrections et encouragements de Claude LUZET. Il félicite aussi la qualité d’ensemble des tirs d’ouverture du samedi et de cette matinée, « les pratiquants de la CTK Grand-sud travaillent bien les sharei. » nous confie-t-il.

mochi mato sharei

Claude LUZET reviendra sur la « maison » et ses fondations, il reviendra sur les 8 principes du taihai et ses relations avec « shahô shagi no kihon ». De nombreux éclaircissements nous seront également donnés au sujet de torikake, du nigirikawa, du tsuru-makura. Les arcs seront aussi inspectés…

Claude LUZET sensei nous explique avec beaucoup de simplicité et de bon sens, les mécanismes impliqués dans le tir, l’action des muscles de la main et reviendra sans cesse sur les bases comme l’ancrage au sol, le centre de gravité, la respiration, le passage critique de daisan et la destruction souvent fréquente de te no uchi en s’appuyant aussi sur des documents empruntés à l’ANKF…

Explication du te no uchi par Claude LUZET sensei

Claude LUZET évoquera également IIJIMA sensei et sa vision de ensô en dôzukuri avec la position du poignet gauche qui reste dans l’alignement de l’avant-bras. Des conseils seront donnés pour l’encadrement des pratiquants lorsqu’il n’y a pas de sensei dans les clubs, comme par exemple l’observation du tireur par 3 coéquipiers qui se postent devant, sur le côté et derrière lui. La liste est longue, je ne peux pas en faire un rapport exhaustif.

Je finirai en disant combien Claude LUZET sensei est resté à l’écoute des personnes venues suivre ce stage, combien il est resté direct et simple dans ses explications, nous donnant des pistes générales pour notre réflexion personnelle. Il me dira au moment de mon départ que nos remises en questions, notre volonté de changer doit se faire en douceur, qu’il ne faut pas précipiter les choses. Toute la sagesse d’un grand sensei dans ces propos très bienveillants.

Un grand merci à toutes celles et à tous ceux qui se sont déplacés pour assister à ce magnifique stage.

Thierry CASTILLE

Recent Posts
Contactez-nous

Vous pouvez nous laisser un message et nous vous répondrons au plus vite

Not readable? Change text. captcha txt